Poésie et langue des signes

http://www.francopolis.net/francosemailles/poesielsq.htm

par Louise Dostie

Permettez que je m’introduise un petit moment parmi vous afin de répondre à une question qui m’a été formulée par l’un des vôtres, car c’est un sujet qui me passionne. Je suis présentement en perfectionnement de la Langue des signes québécois.

Je viens ici répondre à la question que m’a posée Stéphane Méliade : « Je serais très curieux, si tu as le temps et l’envie, que tu me dise en quelques mots quelle est la différence entre le langage des signes courant et le langage des signes poétique ? »

Oui, quand on connaît la langue des signes, on voit tout de suite la différence entre une conversation et une poésie :


La langue des signes est comme tout autre langue, complète, complexe et possède sa propre formulation, c est-à-dire la structuration de la phrase, la formulation de la pensée. Par exemple, on ne peut traduire d’une langue à une autre en utilisant le « mot à mot », il faut « penser » en anglais, « penser » en allemand, « penser » en langue des signes. Faut-il mettre le verbe en premier ou non, quelle est la place de l’adjectif rattaché au nom, etc. En langue des signes, la notion du temps (hier, il y a longtemps, après-demain etc.)sera placée au tout début de la conversation afin de bien situer le contexte. De même, l’élément auquel on veut donner de l’importance sera signé en début de phrase.

Il y a une différence entre la langue des signes et la langue signée :


La langue des signes est une langue en soi, un langage propre, naturel, la langue maternelle des Sourds prélingaux, ou naturelle si les parents sont entendants. Mais on leur impose à l’école le « Français signé » ou l’oralisme, ce qui est totalement différent. Le français signé, c’est le français traduit mot à mot en signes et ce n’est pas aussi adapté à la surdité.


L’oralisme, pour ceux qui n’ont jamais entendu, n’est pratiquement d’aucun secours. Les débats vont bon train à ce sujet entre les entendants et les Sourds. Mais ça c’est une autre histoire&


La langue des signes est beaucoup plus vivante, rapide, imagée, colorée, naturelle et globale puisque tout le corps y participe ainsi que les expressions du visage. Les Sourds (ils emploient souvent cette expression, avec une majuscule) se battent présentement pour faire reconnaître ici au Québec, comme c’est déjà fait ailleurs dans d’autres pays, la L.S.Q. (Langue des Signes Québécois) comme langue officielle, afin
d’offrir aux enfants une instruction accessible par leur langue naturelle, et ce sera bientôt fait espérons-le.

 

La poésie en langue des signes :

Bon, je reviens au sujet (trop passionnée moi) la poésie en langue des signes c’est comme dans toutes les langues, et selon Le petit Robert, « l’art du langage visant à exprimer ou suggérer (…) l’harmonie et l’image. »
Toutefois, la L.S.Q. est une langue visuo-gestuelle. Sa poésie diffère donc de celle du français car il faut utiliser la grammaire L.S.Q avec ses constituants structurels, les classificateurs (signe ou geste représentant un groupe de signes), etc…

On peut inventer, raconter ou répéter mais toujours en utilisant le bon choix de configurations. Il est aussi possible de ralentir la vitesse (vitesse métaphorique) lorsqu’on fait de la poésie en langue des signes.
Comme en français, la LSQ utilise la poésie lyrique pour exprimer des sentiments au moyen de rythmes et d’expressions. Elle peut être parfois claire, obscure, abstraite ou imaginaire.

Je vous donne un exemple :
(La rime est remplacée par la similitude des signes ou une suite numérique)

EXEMPLE DE CONFIGURATION 5-5 (c’est à dire que tous les signes utilisés seront faits à partir de mouvements utilisant la main ouverte en 5 doigts)

(Petit ébauche de poème)

5-PERSONNE-MARCHER
ARBRE
NUAGE PLUIE
ARBRE BOUGER
5-PERSONNE-COURIR


Dans ce petit exemple difficile à comprendre pour qui ne connaît pas les signes, une belle cohérence visuelle se voit tout de suite par la similitude de la configuration 5 et 5-5
Visuellement c’est très poétique.


EXEMPLE DE CHIFFRES (0 à 5)


0 SOLEIL-COUCHER
1 MARCHER-PASSER
2 REGARDER
3 TROIS-MARCHER
4-4 CHEVEUX-LONG
5-5 S’ARRÊTER

Dans ce début de poème, la première phrase se fait dans la gestuelle du 0 c’est à dire, un 0 formé de la main refermée en cercle, de même pour la deuxième phrase, avec l’index, la troisième avec le chiffre 2 (index et majeur) ainsi de suite.

La poésie en configuration de chiffre peut se faire en assemblage pair-impair, ou pair-pair-impair, ou toute autre formulation rythmique.
Les sourds font du théâtre et de la poésie et déjà leur langage est d’une fascination indescriptible. Imaginez lorsque que la gestuelle se fait avec lenteur et harmonie, rapidité et efficacité, colère et détermination, toutes
les émotions sont imagées autant par les traits du visage, la position corporelle, que par le mouvement, la direction du mouvement, la configuration.

Il est parfois nécessaire de situer le contexte au départ autant dans une conversation que dans la présentation artistique car les signes y prennent alors leurs propres couleurs.

J’espère avoir répondu au questionnement Stéphane, ça m’a fait grand plaisir. Et merci à vous tous de votre attention.

Au plaisir,

Louise Dostie
Aile ~, 2 Mai 2003

Précisions, février 2004 :

Enseignement de la poésie en langue signée :
Daniel Forgues, directeur général de la Fondation des Sourds du Québec.

Visiter le site de la Fondation des Sourds du Québec.

Le logiciel Oralys, en cours de développement.